Minage et traitement de données qualifiées

Ces 5 erreurs que vous faites dans vos cold mailing

Les 3/4 des messages de prospection sont très mauvais 🤷‍♀️

Bon, on admet que ce chiffre est tiré de notre chapeau, mais c’est en tout cas notre impression personnelle, chez Minelead.

Parce que, comme n’importe quelle entreprise, du cold mailing, on en reçoit à la pelle

Et très sincèrement, les messages suffisamment bien construits pour nous interpeller, il y en a très peu 🙄

Chez Minelead, le cold, on a l’habitude d’en faire pour nos clients ; on s’est donc dit que ce serait intéressant de faire un petit cas pratique sur ce qu’il ne faut PAS FAIRE.

Après, ce serait bien de mettre nos conseils en pratique, à bon entendeur… 👀

Erreur n°1 : Se louper sur l’objet du mail

Vaste sujet que l’objet d’un mail, on pourrait en tirer un article à part entière !

C’est peut-être LE point sur lequel vous devriez travailler en priorité ; l’objet, c’est le premier point de contact entre vous et votre prospect, et s’il n’est pas suffisamment soigné, votre mail va partir directement à la poubelle. C’est aussi simple que ça.

Chez Minelead, sauf exception (ou contrainte client), on préfère écrire des objets simples et directs plutôt que de nous lancer dans une espèce d’accroche commerciale alambiquée.

❌ Exemple de ce qu’il ne faut pas faire :

 « MINELEAD votre prospection mail à partir de 19€ »

(Oui, on nous démarche pour nous proposer des solutions de cold mailing, c’est ça quand on cible ses prospects n’importe comment 🤷‍♀️)

Ce qui ne va pas ? Tout. Le titre est peu naturel à la lecture et on sait aussitôt qu’il s’agit d’un mail de prospection comme on en reçoit des dizaines chaque jour. Hop, poubelle.

En fait, les objets mails minimalistes sont ceux qui fonctionnent le mieux selon plusieurs études comparatives : des objets courts, peu optimisés comme « Re: Question » voire même des « (sans objet) » comme chez Scalezia donnent curieusement de bons taux d’ouverture, justement parce qu’ils ne ressemblent pas à du cold mailing.

Tout n’est pas encore gagné si votre prospect ouvre votre mail, mais c’est déjà une victoire tactique 😉

Erreur n°2 : Ne pas personnaliser son message

Parmi les mails que l’on reçoit, la plupart ne sont pas du tout personnalisés. Résultat : on n’a pas l’impression que l’on s’adresse à nous, mais à une base de données de milliers de prospects.

Rien de plus désastreux pour engager la conversation 😬

❌ Exemple :

« Bonjour,

Nous souhaiterions savoir si vous bénéficiez déjà d’un accompagnement dans le marketing de votre entreprise. »

Ce serait bien d’avoir un peu de contexte, peut-être ? De préciser la raison du contact, de pourquoi on s’adresse à nous ?

La personnalisation tient à peu de choses : glisser le nom de votre interlocuteur ainsi que celui de son entreprise, c’est de la personnalisation. Exemple d’accroche possible, avec segmentation préalable :

« Bonjour {{firstname}},

Je m’appelle Jean-Michel et j’ai vu que vous étiez responsable marketing chez {{entreprise}}, un métier que je sais difficile et exigeant dans le contexte actuel ! C’est d’ailleurs pourquoi je vous contacte aujourd’hui. »

Erreur n°3 : Se focaliser sur son offre

Oui, ça paraît contre-intuitif dit comme ça, mais c’est pourtant la vérité.

Contrairement à la croyance commune, le cold mailing n’est PAS une page de vente. Son objectif n’est PAS de vendre quelque chose, du moins pas tout de suite. Son seul et unique intérêt, c’est de générer des réponses en vue d’échanges plus approfondis.

En fait, on aurait dû commencer par ce tips, ça aurait directement remis les pendules à l’heure…

Par conséquent, la plupart des cold mailing que l’on reçoit sur notre boîte sont focalisées sur l’offre de l’entreprise. Sauf que… On s’en fiche complètement 🤷‍♂️

Il faudrait peut-être revenir aux fondamentaux du commerce : vendre, c’est d’abord s’intéresser à sa cible, à ses problématiques, à ses besoins.

❌ Donc, quand on voit ça :

« Notre société associée à 2 grands noms d’une ESN cotée en bourse vous propose d’investir dès maintenant pour un rendement maximal ».

C’est carton rouge. Qu’est-ce que ça peut nous faire que la boîte est cotée en bourse ? Pourquoi devrait-on investir ? C’est quoi, un « rendement maximal » ?

Bref, comme on le répète, 90% du cold doit s’adresser au prospect, les 10% restants doivent concerner votre service.

Erreur n°4 : Proposer directement un rendez-vous

Là encore, ça semble contre-intuitif, mais nous avons dit précédemment que l’objectif d’un cold mailing, c’était de nouer un contact, pas de vendre.

Par conséquent, on se retrouve avec tout un tas de conclusions maladroites invitant le malheureux prospect à prendre rendez-vous sans aucune transition, et souvent sur l’agenda Calendly du commercial – chose que personne ne va faire, ou presque 🙄

❌ Petit pot-pourri d’exemples…

« Si vous êtes intéressé, merci de réserver un créneau en cliquant ici »

« Je vous propose un rendez-vous de découverte ASAP pour en parler »

« Discutons-en si vous êtes disponible 15 minutes dans les prochains jours »

Absolument rien ne va : les injonctions à la réservation, les « ASAP » et autres supplications du type : « Pitié, si vous avez 5 minutes, discutons-en ».

Si votre mail est bien construit, et votre offre attractive, une simple question ouverte comme : « Seriez-vous intéressé pour échanger à ce propos ? » doit suffire.

Erreur n°5 : Ne pas inclure de signature

Et attention, on parle d’une vraie signature, pas d’un numéro de téléphone suivi d’un nom de domaine…

En fait, la signature en cold mailing a 2 utilités :

  • D’échapper aux algorithmes qui analysent les mails afin de déterminer s’il s’agit d’un spam, ou non ;
  • D’humaniser la relation et de donner un maximum d’informations sur soi à son prospect.

En d’autres termes, la signature a valeur de réassurance. Il ne faut donc surtout pas à hésiter à glisser son nom, son prénom, sa fonction, le nom de l’entreprise, le mail, le numéro de téléphone, voire sa page LinkedIn…

Voilà pour les principales erreurs que l’on rencontre le plus souvent en cold mailing !

Et si vous avez envie de nous contacter à ce sujet, vous savez où nous trouver 😋

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn